Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Le retour des troupes ::
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Aire de Rôle Play -> Rôle Play Le temps des Chevaliers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Lun 28 Déc - 02:30 (2009)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant


 
Un pincement lui attaqua le cœur au moment où Jocelyn mourut. Elle ne l’écouta pas. Il ne pouvait s’agir de « cela ». Impossible ! Son frère aîné. Non. Alors elle se perdit un peu plus encore en elle-même. Florian avait surprit son sursaut et l’avait fixé. Il y a certain liens que la distance ne peu affaiblir. A cet instant ils savaient tous deux. Pourtant chacun laissa à l’autre la possibilité d’espérer.   
  
Ce fût le cri de sa mère qui tira sa fille de son repli. Il ne put y avoir qu’une telle expression de désarroi qui puisse la forcer à quitter sa bulle d’angoisse. Jamais elle n’avait encore perçu un tel déchirement dans la voix de sa mère. Il la bouscula avec la force d’un ouragan d’apocalypse. Son regard bleu affolé la chercha. La silhouette effondrée sur le bois clair lui promis les pis nouvelles. Myriame n’osa bouger. Un mouvement d’elle aurait put donner corps à cette scène d’horreur.   
  
La voix de son père était méconnaissable. La princesse ne voulu pas entendre. Leur échange resta la reproduction d’un rêve impensable. Un cauchemarde qui voulait écraser la raison. Non. Tristan, parce que c’est bien lui qui parlait au roi, Tristan ne pouvait être le messager de la mort. Il ne pouvait en être ainsi. Son monde…   
  
Fur… un mot violent. Fuir alors que la dépouille de son frère, le prince, gisait dans un couloir. Elle secoua la tête dans un déni silencieux. Elle ne voulait pas partir. Ils ne pouvaient quitter leur maison. Ses craintes laissaient monter une tristesse insoupçonnée. De la peur plus vicieuse que tout ce qu’elle avait ressentit. Et surtout… surtout une haine farouche. Une haine de sœur en deuil. Alors dans cette explosion d’émotion la silhouette de Tristan fut le seul élément de réalité.  
  
Le regard humide et brillant le détailla en silence. Il semblait aller bien. Il marchait. Il vivait. Et à travers son mur de douleur même cela ne réussit pas tout à fait à l’apaiser. Bien sûr sans pouvoir le montrer sa survie du chevalier la soulageait. Bien sûr elle était heureuse qu’il ne disparaisse pas. Mais tout à sa peine Myriame oublia de le lui dire. Il était là genoux au sol. Au même niveau qu’elle prés du symbole de la royauté. Elle le voyait sans réussir à sourire même à lui.   
  
Il lui parla. Et il lui fallu quelques secondes pour comprendre. Jamais la demoiselle n’aurait douté de la peine de son protecteur. Un mot encore la bouscula. Ses beaux yeux se noyèrent dans les siens. Il ne comprenait donc pas ce qui se passait. Ce qu’ils étaient entrain de vivre. Cette attaque changeait le destin du royaume. Le futur roi mort. Et son bon chevalier pensait à « sa sécurité ». Mais son éducation avait été faite pour que sa pensée fût ainsi construite. Tout comme celle de la princesse la reconduisait vers ses propres devoirs.   
  
-« Vous devez avant tout veiller sur Florian. Il est l’avenir de Reims à présent. »  
  
Un sourire déterminé détendit enfin sa bouche rose. Myriame le regarda une seconde. Oui il devait comprendre. S’il le fallait ses parents feraient un choix. Une femme ne gouvernait jamais. Louisa le savait et ses pleurs prévoyaient aussi cette possibilité. Florian n’accepterait jamais de sacrifier sa sœur bien sûr. Mais les lois des hommes ne sont pas les plus tendres.   
  
Son père approchait dans le dos de Tristan et regarda sa fille. Il avait le masque du roi maintenant. Sans plus attendre il demanda à ce que soit organisée la fuite. La princesse se levait donc. Elle chassa les traces de ses larmes. Son frère l’évita en le voyant avancé vers Louisa. Il connaissait ce regard. Celui d’une femme qui a prit sa décision. Le prince lança un regard au bretteur. Sans un mot il lui fit jurer de désobéir à leur belle princesse.   

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 28 Déc - 02:30 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Dim 3 Jan - 03:31 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

"Si tel est votre désir ma Princesse."

Répondit-il d'un ton simple et neutre. Il n'obéirait à cet ordre qu'à titre secondaire. Pourquoi? Et bien parce-qu'il avait juré de donner sa vie pour sa princesse. Bien qu'il était conscient que le jeune Prince était dorénavant l'unique héritier, ce n'était point sa fonction première. Cette tâche revenait à la Garde Royale. Bien entendu, il ferait son possible pour s'assurer la protection de toute la famille Royale. Le Roi interrompu ce bref échange en ordonnant à Tristan d'organiser la fuite, ce qu'il fit sans plus attendre. Alors qu'il préparait la troupe en leur expliquant le chemin à suivre son regard croisa celui de l'héritier. Apparemment celui-ci semblait partager les sentiments de notre jeune Templier vis à vis de la survie de la princesse. Il se contenta de lui répondre par le biais d'un sourire confiant avant de se concentrer à nouveau sur la tâche que le Roi lui avait confié.

Tristan ouvrit donc la porte secrète quelques minute après avoir reçu l'ordre. Les soldats suivirent les directives données en réunissant les hauts dignitaires afin de leur faire traverser le passage sans encombre. Mais alors que tout semblait se profiler sans le moindre incident une connaissance à notre jeune chevalier refit son apparition. En effet, le chevalier au pouvoir de téléportation venait de faire son apparition au centre de la pièce, ses yeux maléfiques observant avec dédain ses proies. Il tourna sa tête vers Tristan avant de disparaître comme précédemment. Le jeune chevalier se précipita vers la Garde afin de l'aider à escorter la famille Royale. Il se plaça près de sa Princesse tout en ordonnant d'un simple regard à la troupe de se mettre en route sans plus tarder.

Après quelques mètres sans le moindres signe de ce guerrier, il refit son apparition face à la troupe, éliminant par la même occasion deux des gardes qui ouvraient la voie à la cour Royale. Alors que Tristan s'apprêtait à s'avancer afin d'affronter son ennemi le départ d'un projectile se fit entendre au loin. Il parvint à se placer à temps dans la trajectoire de celui-ci afin de le dévier. Cependant un évènement inattendu se produisit. En effet, le projectile explosa peu après son contact avec la lame du chevalier, le projetant lui ainsi que l'arrière du groupe au sol. Sonné, il se redressa pour faire face à une seconde menace. Le chevalier au pouvoir de téléportation venait en effet de surgir face à lui, abattant sa lame vers son visage. Il parvint à la dévier de justesse, faisant se figer la lame du chevalier dans le mur. Il profita de ce fait pour frapper le pommeau de l'arme de son ennemi afin de la lui faire lâcher. Celui-ci désarmé, il tenta de l'occire mais en vain puisqu'il se téléporta à nouveau en arrière.

Il aida sa princesse à se remettre debout ainsi que sa Reine pour ensuite les faire avancer en toute hâte. Les gardes serrèrent fermement leur lame contre eux afin de ne pas se faire surprendre, face à un tel ennemi il était préférable de ne pas baisser sa garde. La moindre faiblesse pouvait être fatale. Ils finirent par sortir à l'air libre, a plusieurs lieux du château. Tristan referma la lourde porte derrière lui pour ensuite retourner auprès du groupe. Alors qu'il s'apprêtait à donner ses ordres le groupe de chevalier qu'il avait croisé dans le couloir avec le défunt Prince fit son apparition. Le chef de la troupe prononça quelques mots dans un langage inconnu faisant apparaître ainsi un portail étrange derrière eux. Mais où celui-ci menait-il?

Aussitôt fait, le reste de ses gardes personnels attaquèrent le groupe. Tristan réagit promptement en ordonnant la fuite, conscient qu'ils n'étaient pas assez puissant pour faire face à ce groupe avec les effectifs actuels. Mais il fut prit de court. Le Maître du groupe pointa vers eux son index sur lequel était placé un anneau à la couleur pourpre. Il prononça alors à nouveau quelques mots dans un langage cru et étrange qui libérèrent aussitôt le pouvoir de ce bijoux. Plusieurs projectiles magiques fusèrent vers le groupe, projetant au sol l'intégralité de celui-ci. Impuissant, ils ne purent que subir la foudre de leurs ennemis. En un tour de main le groupe de Gardes fut promptement exterminé. Ceci fait un des chevaliers s'approcha de Tristan afin de lui porter le coup de grâce. Le chevalier garda son calme afin de guetter le moindres occasion de retourner la situation.

Dieu devait être avec lui puisqu'un groupe d'archer de la forteresse ouvrit le feu sur son ennemi, le blessant par deux fois. Celui-ci se téléporta aussitôt auprès d'eux afin de se venger. Le groupe ennemi décida alors de battre en retraite en voyant qu'un groupe de chevaliers teutoniques arrivaient au loin. Le chef traversa le portail sans sourciller suivit de près par un de ses lieutenants. Tristan tenta de s'interposer entre la famille royale et les chevaliers qui les traînaient vers le portail mais il fut contré aussitôt par le guerrier au pouvoir de téléportation. Il parvint à esquiver le coup tout en ripostant. Il toucha son ennemi au flanc, ne faisant que frapper l'armure de son ennemi. Mais suffisamment pour que celui-ci bascule légèrement, bien assez pour que Tristan puisse attraper son casque afin de lui porter un coup de tête au visage. Le chevalier recula de quelque pas, sonné. Il se jeta alors sur l'autre chevalier, lui faisant lâcher prise sur la princesse. Il repoussa les coups de son ennemi pendant un bref temps avant de recevoir un coup sur la nuque. Il s'effondra alors, inerte. La famille royale fut emportée à travers la portail. Seule la princesse resta auprès de son chevalier. Abandonnée par l'ennemi, prit de panique face à l'arrivée des chevaliers teutoniques qui chargeaient déjà leur position.

Les détails qui suivirent échappèrent au jeune chevalier qui se réveilla quelques heureux après, un horrible mal de tête persistant au sein de son crâne. Il ne reconnut pas l'endroit dans lequel il se trouvait. Étaient-ils emprisonnés? Non puisqu'il n'était pas dans une cage. Il se trouvait dans une chambre quelque peu miteuse. Sans doute au sein d'un bâtiment abandonné. Il s'extirpa non sans mal de son lit afin de se mettre à la recherche de sa princesse. Il ne rencontra personne dans le couloir, pas même un garde. Il pénétra dans la chambre juxtaposée à la sienne pour y découvrir sa princesse endormie. Rassuré, il se permit de laisser échapper un léger soupir. Il se posa à ses côtés, attendant ainsi qu'elle se réveille...
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 00:32 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Les ordres avaient ainsi été donnés. Et si la jeune princesses s’inquiétait de leurs conséquences, elle n’avait pas droit de contradiction. Père et mère étaient à présent des murs d’autorité. Il n’y avait d’autre choix que l’obéissance. Dans cette heure de douleur et de peur s’était sans aucun doute un précieux cadeau. L’esprit n’avait plus qu’à suivre le corps dans sa progression. Cela sans compter sur la psyché récalcitrante. Tandis que la garde s’organisait la jeune fille regardait. Ses yeux suivaient les pas de son frère les mains de sa mère et la voix de Tristan. Tout ce mélange dans une création quasi onirique qui la sauvait des larmes intransigeantes.  
 
  
 
La porte secrète. Oui cette entrée que son père lui avait montrée voilà des années. Bien souvent Myriame avait joué dans ce passage. Elle s’était crée son roman. Où tout ce qui été imaginé, fantasmé dans une paix enfantine, était à présente de la désagréable saveur de la réalité. L’air vibrait de nervosité. Il y avait un silence fébrile. Tous regroupés pour le prochain trajet. La cadette s’attendait à voir le plafond leur tomber dessus. Mais non ils avancèrent lentement. Avec la précaution de plume sur un nid d’aigle.  
 
  
 
Aux côtés de son chevalier c’était plausible. Que ces derniers mètres se passeraient sans encombre. Il y avait la magie noire pour la contredire. Ce montre aux yeux jaunes.  Elle le vit juste devant. Il y eu les mêmes sons de morts. Un cri voulu de nouveau s’échapper. N’y avait il pas assez de deuil pour un siècle au moins ! Son protecteur voulu intervenir. Cependant les dangers étaient en nombre. Cette attaque n’était pas faite au hasard. L’ennemi était obstiné. La demoiselle sentit à peine le l’impacte qui la poussa au sol.  
 
  
 
  
 
Les repères brouillés. Une grimace révéla son trouble. Bientôt la chaleur maternelle se rapprocha de son corps endolori. Pourtant ce furent les bras de son beau chevalier qui amenaient le réconfort. Pour lui, peut être aussi pour faire honneur à Jocelyn la sœur cacha la douleur et continua le chemin. Chaque pierre lui était connue. Pourtant en ce jour s’était un labyrinthe de cauchemar. La peur au ventre. Le premier souffle d’air fût aussi puissant que la lumière de la rédemption. Myriame osa un soupire.  C’est là que les assassins du prince surgirent. Le portail ne l’intéressa que dans un second temps. Une rage instantanée lui prenait les tripes.  
 
  
 
Eux… Elle entendit l’injonction de Tristan. Fuir. Myriame ne voulait pas fuir. Ses yeux plantés sur le groupe fac à eux. Il fallait faire justice. A sa droite Florian poussa un juron. Le chef s’extirpait de la masse menaçante. Sa langue était inimaginable. Il y avait quelque chose de paniquant dans ses intonations. Personne ne savait exactement ce qu’il était. Mais le bijou fit son effet. La résistance ? Impossible. Pour la deuxième fois l’enfant retrouva le sol. Cette fois celui de la nature, froid, agressif et salissant. Ils tombèrent tous dans les bras de la mort. Un à un. Et chacun laissa sa marque sur la princesse. Le pire arriva lorsque son ami fût directement menacé.  
 
  
 
Heureusement ! Miracle. Tout bascula si vite ! En quelque secondes un retournement de situation. Une pluie mortelle. Le bruit de la troupe qui approche. Celui du groupe qui déserte. Face à tout cela un soldat en profita pour l’attraper. Un cri d’horreur ponctua cette emprise violente. Non ! Pas si prés d’une hypothétique victoire. Tout son être se mobilisa pour la libération. Elle se débâtit. De son mieux elle contra la force. Se moquant de tout cherchant pour une fois à faire mal. Ongles, dents chaque arme en sa possession. Un combat tout à fait déloyal.  
 
  
 
L’ombre de Tristan arriva sans prévenir. Il se bâtit avec hargne. Son cœur fit plusieurs bonds désordonnés. Elle n’eut pas le temps de le prévenir du coup en traitre. Déjà Myriame le rejoignit contre la terre portant sa tête sur ses genoux.  Les chevaliers alliés approchaient vivement. Tandis que ses parents n’étaient plus visibles sur ce bout de terre. Leur fille avait fait son choix. Elle les retrouverait. Dés que son ange gardien serait sauvé. Ses doigts tremblants lui caressaient le visage avec tendresse.  
 
  
 
Le chef des secoureurs approchaient entre les cadavres. Ses subalternes regardaient la scène avec révulsion. La fille du roi porta ses yeux brillants vers le chef. Aussi bleus que ce du régnant. Et s’il avait un doute il lui suffisait de regarder le diadème princier. Il comprit l’essentiel en peu de temps. 
 
  
 
-« Princesse… nous avons fait au plus vite. »  
 
  
 
Myriame était prête à croire n’importe quoi. Elle hocha vivement la tête. Déjà on construisait une civière pour son brave serviteur. Elle fût montée sur un cheval. Le reste serai toujours un peu flou dans sa mémoire. Ils s’éloignèrent. Longtemps ils avancèrent au cœur du royaume. Il fallait gagner un endroit sure pour la dernière représentante royale. Il fut décidé de gagner l’ancien château.  Plus personne ne les attaqua. Le groupe fût assez rapide. La princesse se moquait de tout cela. Son seul intérêt restait dans la survie de son sauveur réitéré.  
 
  
 
Ils s’arrêtaient devant les ruines à une heure avancée. La jeune fille exigea qu’on s’occupe de Tristan en priorité. On lui proposa un repas sommaire. Elle le refusa poliment. Les émotions laissaient leur influence sur son corps. Ereintée. Trop épuisée pour réussir à pleurer encore. On lui laissa une chambre. Avant d’y aller, Myriame vérifia que son ami était en paix. Silencieuse veilleuse. Puis ses pas ralentis la guidèrent. En quelques minutes elle fût en tenue de sommeil improvisée et s’effondra.  Ses yeux se fermèrent sur le visage paisible de Tristan. Puis un sommeil sans rêve.  
 
  
 
La bâtisse vécue sans eux. Les chevaliers efficaces sécurisèrent le site. On laissa le silence entourer les deux âmes. On chercha des traces de l’ennemi. Ce fût une présence connue qui porta la jeune fille vers la conscience. Petit à petit son esprit se recentra. C’était instinctif. Et ses beaux saphirs papillonnèrent. Ravie mais aussi confuse de son apparence la joliette s’asseyait sur le lit. Le soulagement surpassa tout le reste. Ses bras l’enserrent sans prévenir avec une affection sincère. Les mains nouées contre sa nuque. Sa présence la réconforta.  
 
  
 
-« Ho Tristan vous êtes sauf. »  
 
  
 
Un chaste et chaleureux baiser toucha la joue droite. Puis son éducation refit surface. Elle s’éloigna vivement toute rougissante. Les mains jointes posées sur ses genoux, pénitente. Essayant de trouver une convenance elle lui annonça la seule bonne nouvelle qui pouvait les atteindre.  
 
  
 
-« Sieur Frémit est venu en notre aide. »   

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Mar 16 Fév - 13:13 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

La réaction de la princesse lui décrocha un sourire, se laissant enserrer sans oser lui reprocher ce manque de tenue. Ils étaient dans une situation qui pouvait certainement passer outre les protocoles et règles de la noblesse. A la suite de sa phrase il ne prononça nul mot. Sans doute était-ce un soulagement pour la jeune demoiselle désormais privée de sa famille, mais pour notre jeune chevalier ceci n'était qu'une farce. Sa survie à ce combat n'avait eu que pour effet de le priver de son honneur. Il avait échoué, faillant à son premier rôle, celui de protéger la famille royale. Ainsi, sa seule et unique raison de vivre n'était autre que de retrouver celui-ci. Pour cela il allait devoir se surpasser, protéger la princesse, triompher de ses ennemis qui étaient sortis victorieux lors de la dernière bataille et rétablir la paix dans le royaume. Sans doute trop pour un seul homme, mais que pouvait-il faire d'autre?

Le baiser qu'elle lui offrit le sortit de sa torpeur, faisant apparaître une légère teinte rouge sur ses joues. Il baissa vivement les yeux gêné, cherchant à fuir cette situation troublante. Finalement elle brisa ce silence. Il lui accorda un bref sourire avant de lui dire d'un ton calme et mélancolique.


"Il semblerait, en effet."

Après quoi il se releva afin de se rendre à la fenêtre la plus proche. Tout semblait bien calme... Seul le mouvement de certains gardes était perceptible. Il laissa échapper un léger soupir avant de retourner auprès de la princesse. Il prit une de ses mains avant de lui dire d'un ton calme et doux.

"Princesse, ayant échoué à ma tâche de nombreuses fois ces derniers temps, j'aimerai vous demander une faveur."

Il marqua une courte pause puis poursuivit.

"Je voudrais que vous restiez ici en compagnie de nos sauveurs. Vous y serez plus en sécurité. Pour ma part, je vais partir à la recherche de la famille royale. Il est de mon devoir d'essayer de la protéger ou de mourir en tentant de le faire."

Il laissa planer un silence avant de s'approcher de sa princesse afin de lui déposer un délicat baiser sur le front. Une fois ceci fait il se recula de quelque pas avant de poser un genoux à terre et de lui demander humblement.

"Acceptez vous ma requête ma princesse?"
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 00:16 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Il était la seule attache qui lui restait en effet. Sa digue contre la tempête. Le frère l’ami le repère.  Dans ces conditions où allait l’étiquette. Myriame avait grandi dans les règles de l’Art. Mais dans ces instants cruels. Dans ces injustices y avaient-ils encore des lois ? Qui serait là pour les dicter maintenant que le roi avait disparu ? Le silence de Tristan était sans doute plus efficace que quelques paroles vides de sens. Ils venaient de perdre beaucoup tous les deux. Bien trop pour la ne serait ce que quatre vies entière. Les échecs faisaient pâle mesures devant leurs conséquences directes. Qu’allaient-ils devenir ?  

 
En réalité il n’y avait pas de choix. Il n’y avait jamais le choix quand on était quelqu’un. Il était impensable d’abandonner la famille royale à son sort. La fille du roi le savait. En dehors d’être une quasi orpheline elle était une héritière au trône maintenant. Ce qui vous l’avez comprit compliquait un peu plus leur situation. Le baiser devenait alors un signe de paix de quelques secondes et qu’importe la suite ! 

 
Le Chevalier ne sembla pas douter de la loyauté de leur hôte. Ce qui rassura la jeune fille. Elle avait agit par instinct, dans l’urgence. Elle suivit son déplacement du regard en silence. Sa tenue lui interdisait de quitter la sécurité du vieux lit. Voila qui aurait été dès plus indécent. Un soupire ? Mais pourquoi ? Une ride contrariée apparu sur son jeune front. A quoi pensait son ange gardien ?Il revint. 
Son air la mit en garde immédiatement. Et tout de suite elle s’accorda à lui dans une tenue de princesse attentive. Si Tristan prenait la peine de demander…  

 
- « Dis-moi… »  

 
Bien sûr. Elle aurait dût sans douter. Pire le savoir. Il était ainsi. Ses deux océans le dévisagèrent interdits.  Non ! Il ne pouvait pas faire cela. Rationnellement c’était le mieux. Le plus sage et le plus sûr. Mais pour une jeune princesse catastrophée. Non. Il ne pouvait pas l’abandonner ici. Son cœur était meurtrit. Sa bouche restait close devant pareille nouvelle. Pourquoi ? Alors qu’il n’était plus que deux. Son dos s’était tendu comme frappé sous ces mots.  

 
Le baiser la fit trembler de tout son long. Il voulait donc la priver de cela. Mais c’était pour le bien. C’était pour les siens. Affreux déchirement. Un hoquet de désarroi s’échappa de sa gorge blanche. Il posa sa question. Tout en noblesse dans cette posture.  Elle ne put s’empêcher de l’admirer une seconde. Ses motivations étaient les plus justes.  

 
-« Je… ne peux pas refuser. Tu le sais. »  

 
Un étau se formait autour de sa poitrine. Elle voulait être égoïste. Elle n’en avait aucun droit. Sa vie était en sureté. Il fallait penser aux autres. Le regard triste. Il ne fallait pas lui montrer. Cela ne ferait que compliquer les choses. Myriame n’aimait pas compliquer les choses. Petit à petit la résignation tenta de s’imposer. Sa silhouette en fût étrangement assombrie.  Enfin sa voix osa exprimer son espoir. Il fallait qu’elle le demande.  

 
-« Ne puis-je pas… rester sous ta protection en t’accompagnant ? » 

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Jeu 18 Fév - 20:31 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

La demande de sa princesse était légitime. Mais pouvait-il lui faire courir ce risque? Il savait pertinemment que la solution la plus rationnelle était celle qu'il venait d'avancer. Mais son envie d'être auprès de sa princesse le poussait à revenir sur sa décision. Devait-il lui donner la raison de son choix? Il soupira légèrement puis baissa la tête en signe de dépit. Notre jeune chevalier était conscient de son incapacité de la protéger, et cela le dépitait... Sans pour autant relever son visage il répondit à sa princesse d'un ton calme et mélancolique.

"Si cela ne tenait qu'à moi, je vous emmènerai ma princesse. Mais je suis forcé de constater que je ne suis pas apte à vous défendre. J'ai cumulé les échecs face à un ennemi manifestement plus puissant que moi. Avant de pouvoir sauver votre famille, j'ai pour devoir de m'améliorer, de développer mes capacités de combat afin de pouvoir surpasser la puissance de notre ennemi. C'est pour cela que je vais me rendre dans les montagnes d'Allelujah afin de prier sur l'autel sacré pour tenter de trouver des réponses... Et si j'échoue... Et bien j'irai au combat afin de ne serait-ce que tenter de libérer votre famille ma princesse."

Il marqua une pause, profitant de ce laps de temps pour plonger son regard dans celui de sa princesse puis poursuivit.

"L'autre raison qui me pousse à vous laisser ici... C'est que je vous aime ma princesse. Voilà plusieurs années que je garde ce secret. Si il devait vous arriver du mal de part ma faute je ne me le pardonnerai pas..."

Après quoi il cessa de parler. Il laissa planer un long silence avant de tirer son épée de son fourreau afin de lui tendre puis lui dit d'une voix douce et humble.

"Si vous ne souhaitez pas entacher votre nom de part ma faiblesse, vous pouvez me destituer de mon rang. Je ne vous en serais pas gré, soyez rassurée..."

Sa mission serait difficile, voir suicidaire. S'il venait à mourir, la princesse serait sans protection. Sans doute est-ce pour cela qu'il lui proposait cela. En se séparant de son chevalier, elle pourrait en choisir un autre sans doute plus puissant que lui. Bien qu'il ne savait pas vraiment si un être sur cette terre possédait un pouvoir plus puissant que le sien ou celui de ses adversaires...
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 00:41 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Myriame vit dans son regard qu’il pesait les choses. Elle s’en voulait de le contredire. Son minoit avait un air fautif. Encore une fois la volonté de son chevalier était mise à l’épreuve. Il y avait dans les mots bien plus de pouvoir que les actes eux même. Alors se taire s’était nier une parcelle de son être. Elle était obéissante mais elle était avant tout honnête. Pourrait-elle le faire plier ? Dans un coin de son cœur l’espoir résistait à la sagesse.  Il n’y avait dans ces motivations rien de dominateur. Jamais elle ne jouerait de son autorité avec lui. Du moins le pensait-elle ce soir.  

 
Il avait le visage penché. Tel un pèlerin prêt à la confession. Il y avait quelque chose de douloureux dans tout cela. La princesse ne savait pas réellement ce qui était le mieux d’entendre. Tristan devrait-il encore avoir à lui rappeler leurs règles. Ses deux puits bleus essayaient vainement de le voir. Le soupire lui fendit le cœur. Et il parla. Les arguments affluèrent de sa bouche. C’était si bien encré en lui. Toutes ces valeurs… cette loyauté. 

 
Les montagnes. Les images lui vinrent de ses heures d’études. Si loin ? Elle ne pouvait critiquer un choix si courageux. Il voulait réussir. Mettre toutes les chances de son côté.  Elle avait peur de cette bravoure. Car c’est sans doute celle-ci qui lui arrachera cet homme. La simple idée de le perdre. Qu’il meure lui était insupportable. Elle en avait une conscience accrue ici et maintenant. Au seuil de la menace.  
-« Je pourrais peut être t’aider à te renforcer. »  

 
Une supplique presque. Il s’était tut. Cela l’incita à le regarder plus fort. Croyait-elle au fond échapper à pareille vérité ? La vie les avait malmenées. Ils étaient seuls. Ils étaient deux. Sans les murs du palais pour gainer leurs actes. Son cœur s’accéléra. Etait-ce donc cela ? Amour. Non tendresse fraternel comme elle avait voulu le voir. Myriame restait interdite. Il fallait que cette nouvelle s’épanouisse dans son être. Qu’elle en sente la force… la résonnance. Pouvait-elle le dire ? Ce secret. Partage d’une émotion inédite.  

 
-« Je… »  

 
Un sourire triste s’échappa sur ses lèvres roses. Serait-elle capable de l’aveu ? Une chaleur étrange parcourrait ses veines. Savoir qu’on était aimée par la personne aimée. Dans toute cette horreur il y avait cela. Au moins cela de sûr et de beau, de magnifique. Ses iris brillaient de sa réponse. Tristan ô Tristan…  que risquait une princesse exilée à dire son amour ? Un souffle tendre murmura enfin les mots :  

 
-« Tristan je t’aime, je t’aime aussi. » 

 
Le mouvement de la lame la rappela au réel. Le chevalier se présentai à nouveau sage et déférant. Son visage laissa flotter l’étonnement. Adoubé il l’était. Myriame pouvait lui donner une couronne. Elle avait ce pouvoir désormais. S’il le demandait elle accepterait. Il était… lui. Son ange, depuis si longtemps. Il était même sa voie songeait-elle. Le guide involontaire de ses actes. C’était ainsi depuis le début. Son opinion comptait plus que tout le reste. 

 
Sa proposition la bouscula. Ne pouvait-il pas penser à eux ! A lui… non pas à elle.  

 
-« Non. Je ne le veux pas. Tu es… mon protecteur. Je me moque de mon nom s’il m’éloigne. Ne m’abandonne pas pour de bon. S’il te plait. » 

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Ven 19 Fév - 01:17 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

La nouvelle fit rayonner le jeune chevalier. Ainsi, elle aussi partageait ce sentiment d'affection? Il releva son regard discrètement, observant timidement sa jeune princesse. Leur union était possible, mais uniquement pour le moment. Il savait que leur histoire devrait prendre fin lorsque la famille royale serait secourue, en supposant bien entendu qu'il arrive à les délivrer... Devaient-ils jouir de cette situation pour pouvoir vivre leur amour ou devait-il rester fidèle à son devoir et les principes moraux qu'on lui avait inculqué durant toutes ces années? Il restait sans réponse face à cela... Bien que cela soit cruel, il décida de laisser le choix à sa princesse.

Il rengaina son épée suite à la demande de sa jeune amie puis lui dit d'un ton humble.


"Si tel est votre souhait votre majesté. Je mettrais tout en jeu pour respecter mon serment."

Il se redressa finalement, faisant face à sa princesse pendant un court instant puis lui dit d'une voix calme et sereine.

"Pour ce qui est de nos sentiments... Sachez que je serais honoré de pouvoir me tenir à vos côtés. Mais vous devez cependant savoir que notre relation sera entravée une fois mon devoir accomplit et le royaume stabilisé. Bien que cela m'attriste, il sera de votre devoir de vous unir à un prince. Et du mien d'en accepter la lourde décision tout en restant silencieux. Je sais que cela puisse vous paraître cruel, mais j'aimerai que ce soit vous qui preniez la décision. J'ai peur de ne pouvoir être objectif face à cette situation. J'endosserai l'entière responsabilité de votre décision si cela devait vous placer face à une situation compromettante."

Il lui adressa un délicat sourire, cachant ainsi la tristesse qui accompagnait cette nouvelle. Pouvoir vivre un amour partagé avec sa princesse le comblait, mais le retour à la réalité qui suivrait la libération de la famille royale le dépitait. Que pouvait donc être le bon choix? Vivre pendant un temps une histoire de romance ou rester fidèle à ses dogmes et rester le serviteur de cette jeune princesse qui hantait ses rêves?

Il ajouta d'un ton calme et doux.


"Ne vous sentez point obligée de répondre maintenant ma princesse. Je peux comprendre qu'un temps de réflexion soit nécessaire face à une telle situation."

Il attendit un instant puis poursuivit tout en affichant un délicat sourire.

"Nous devrions peut être prévenir nos sauveurs de notre décision et nous préparer à partir. Qu'en pensez vous?"
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Dim 7 Mar - 23:07 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Myriame connaissait les obstacles d’un tel amour. Une roturière n’épousait jamais un prince. Même si ses frères avait été là, sa place lui interdisait une union sans pouvoir politique. Bien sûr Tristan était important dans une certaine mesure. Il avait en main le fer du royaume. Il avait aussi la confiance de la reine et la sienne. Mais ça ne suffisait pas. Même les contes de fée ne pouvaient échapper à quelques règles. A moins d’être anobli rien ne pourrait aller plus loin que ces ruines. Leur père avait déjà tout prévu. Mais leur père n’était plus là lui non plus. La princesse était amoureuse. Les barrières seraient combattues avec hargne. Même pour un amour qu’on eu dit mort né, condamné.  

 
Et il était maintenant face à elle. Et c’est lui qui parla le premier. Il avait la voix calme qu’il avait toujours. Pourtant la jeune fille la trouva plus mélodieuse qu’auparavant. Connaître ses sentiments le rendait encore plus exceptionnel. Le joyeux délire amoureux que tout  jeune esprit cherche à vivre. Myriame savait aimer. C’était une chose qu’on lui avait toujours reconnu. Celui là était neuf et enivrant. Totalement expérimentale ce qui le rendait mystérieux. Les mots de son chevalier en était d’autant plus efficace.  

 
Un autre que lui… Il accepterait de la mener à l’hôtel sans y rester ? Son cœur se crispa sans sa poitrine. Envisager cela était douloureux. Serait-elle capable d’obéir ? Il lui présentait les choses doucement. Oui elle avait conscience de cette injustice. Soit quelques temps de bonheur soit une vie de remords. Pourrait-elle être plus objective que lui ? Elle qui sentait sa bouche trembler sous ce dilemme. Si elle ne devait penser qu’à lui alors il fallait sans doute lui épargner les souffrances à venir. Le laisser partir.  

 
Peut être sentit il son trouble, le vit il. Car il lui offrit ce qui était nécessaire. Du temps… Cette demoiselle ne voulait pas détruire un avenir par manque de réflexion. Comment faisait il pour connaitre chacun de ses besoins. Avait-il comprit avant elle ce qui se passait entre eux ? Il était plus âgé. Il avait sans doute déjà vécu tout cela. Cela l’intimidait plus que de raison. Si sa mère avait été là elle aurait put la rassurer et répondre à ses questions florissantes. Maintenant de nouveaux enjeux se dessinaient. La princesse ne voulait pas se tromper. Pour lui il fallait le meilleur.  

 
-« Oui laissons moi un peu de temps. » 

 
La seconde proposition la rappela à l’ordre. Elle réalisa alors qu’elle était encore au lit et habillée de nuit.  

 
-« Vous avez raison. Il faut cela dit que je m’habille. Quelques minutes seulement. » 

 
Une femme de soldat lui avait prêté une robe simple de paysanne.  Elle était de la couleur de la terre. Myriame repoussa doucement le tissu qui la protégeait et fila derrière le paravent improvisé qu’on avait placé dans un coin de la pièce. Myriame n’avait en réaliste nul besoin d’une servante pour se préparer. En quelques minutes elle se retrouva dans la peau d’une jeune fille de son âge sans artifice. Ses cheveux se retrouvèrent prisonniers d’un chignon tout de même lâche.  Monsieur de Frémit ne devait pas oublier son titre cela dit. 

 
Elle traversa la pièce avec cette démarche de reine qu’on avait exigée toujours. Un soldat devant la porte s’inclina. Elle présenta sa requête et ils furent menés à la salle principale. Le lieu était calme. Tout allait bien. Le général improvisé était entrain de discuter avec un messager à l’air éreinté. Il eut un temps d’arrêt en les voyants. Mais il reprit et acheva le tout plus rapidement. La princesse avança jusqu’à lui avec un sourire charmant. Sa silhouette menue gagnait en gravité dans ce ton. C’est avec la confiance d’une Majesté qu’elle donna la nouvelle.  

 
-« Mon chevalier et moi-même allons partir dés la prochaine aube à la recherche de ses majestés le roi, la reine et le prince. »  

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Mar 9 Mar - 18:27 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

"Très bien ma princesse."

Se contenta-t-il de répondre tout en allant se poster face à la porte de sortie, attendant sagement que sa majesté finisse de se vêtir. A sa plus grande surprise celle-ci se révéla être très rapide. Il ouvrit la porte de sa chambre puis lui emboîta le pas en prenant soin de fermer la lourde porte derrière lui. Il se contenta de rester muet tout le long du trajet, admirant l'assurance dont faisait preuve sa jeune princesse. Il lui plaisait à l'imaginer diriger une troupe. Sans doute ferait-elle une bonne meneuse. Mais qu'en était-il de ses capacités de guerrière? Cela n'avait aucune importance pour la gente féminine, cependant en des temps aussi reculés et face à une telle situation ne serait-il pas plus sage qu'il lui apprenne ne serait-ce que quelques rudiments de combat? C'était une question à laquelle il attendrait des réponses plus tard.

Une fois la nouvelle annoncée Tristan remarqua aisément la surprise sur le visage de l'interlocuteur de la princesse. Il jaugea le chevalier, se demandant si notre jeune guerrier était ou non fou pour qu'il en vienne à accepter de l'emmener dans son pèlerinage. C'est sans doute pour apaiser ses doutes qu'il sollicita un entretien privé avec sir Tristan. Chose qu'il lui accorda de manière très brève. Il se contenta de lui dire qu'il n'avait nullement le choix et qu'il était de son devoir de la protéger. Qui plus est rester avec eux ne ferait que l'exposer directement puisqu'il serait aisé pour leurs ennemis de retrouver leur groupe puisqu'ils savaient que la princesse était avec eux. Une ou deux cibles mobiles sont bien plus difficiles à trouver qu'un groupe après tout. Le chevalier n'insista pas plus et leur accorda ce dont ils avaient besoin pour leur voyage avant de les laisser partir.

C'est à dos de cheval qu'ils partirent en direction de la haute montagne d'Allelujah. Après plusieurs heures de route Tristan décida qu'il était plus que bon de faire une pause. Ne serait-ce que pour se dégourdir les jambes et faire circuler leur sang dans celles-ci. Il installa rapidement la tente de sa princesse pour ensuite s'asseoir près de celle-ci, son destrier non loin de lui, son arme à portée de main. Il laissa échapper un long soupir, témoignage naturel de la fatigue qui l'habitait. Il regarda sa princesse puis lui dit d'un ton calme et doux.


"Vous pouvez dormir si vous le souhaitez ma princesse. Nous reprendrons le voyage au petit matin. Il est préférable de voyager durant les heures les moins exposées afin d'éviter de nous attirer des ennuis."

Il marqua une courte pause puis reprit.

"Bien entendu si vous souhaitez manger quelque chose avant de vous reposer je peux vous préparer un petit quelque chose dans la limite de mes compétences culinaire."

Une fois sa phrase finie il attendit humblement la réponse de sa dulcinée.
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Ven 12 Mar - 00:40 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Myriame dût les laisser entre homme. Elle ne s’interposa pas. Il y a des domaines où même la fille du roi ne peut intervenir. De plus sa confiance envers Tristan était sans faille. Il convaincrait. Sinon peu lui importait de toute manière. Sa décision était prise et elle n’en déborderait pas. Même son aîné savait que certain sujets la rendait hermétique à tout pourparler. Les arguments rationnels étaient connus des deux parties. Où étaient-ils tous les trois à cet instant. Elle aurait aimé partir de suite en quête des siens. Mais cela n’aurait fait que les épuiser. Elle le savait.  
 
 
Les préparatifs furent assez rapides. Il ne leur fallait pas grand-chose. Quelques vivres, de l’eau, une carte un peu d’argent. Une princesse n’était pas éduquée pour ce genre de périple. C’était dans les romans que les demoiselles quittaient le confort du château. La cadette ne savait rien de tout cet aspect de l’existence. C’est entre appréhension et curiosité qu’elle suivait les étapes. Remercions son sens pratique qui lui permit de s’adapter un peu plus vite aux bases œuvres.  


 
 
Le chemin débuta à la lumière du crépuscule. Le vent était frais comme l’air matinal qui ce doit. Myriame n’avait pas put fuir avec son cher cheval. Elle ignorait d’ailleurs si les écuries royales l’avait protégé. Son absence la peine bien plus qu’elle ne l’aurait avoué face à Tristan. On lui avait donc confié une nouvelle monture. Un jeune mâle à la robe noire et luisante. Il l’avait regardé avec réserve. Mais la douceur princière avait tôt fait de le rassurer. Elle le surnommait déjà, Espéro, monture de promesse de paix. 


 
 
Les heures défilaient au rythme de paysages sages et sereins. Ils ne parlaient presque pas. La présence de l’autre était suffisante. La jeune fille avait revêtue une cape de voyage sombre et chaude, qui avait le double avantage de la protéger du regard et du froid. Ils se rapprochaient progressivement de la chaîne de montagne vers les terres ennemies. La seule piste qui  avait un semblant de sens en l’absence totale d’indice. Peu de villageois étaient sorties de leur maison. La rumeur de l’attaque avait déjà fait effet dans le royaume. L’après midi déclinait lentement lors de leur premier arrêt. 


 
 
Le chevalier s’occupa de toute la logistique de leur sobre campement. La princesse n’eut qu’à libérer les chevaux de leur selle en murmurant quelques paroles de réconfort. La traversée de la campagne avait été longue et leurs muscles réclamaient repos. Elle-même n’aspirait à rien d’autre qu’un peu de chaleur. Assise en tailleur à même le sol son regard dérivait vers un horizon encore invisible. Ici ses cheveux longs pouvaient s’épanouir le long de son dos et ses yeux trahirent toutes leurs questions. Les doigts enroulés autour de son médaillon elle songeait à eux.  
 
 


 
 
 
Son corps était courbaturé et lourd. Les muscles criant de mécontentement à chaque mouvement. La voix douce la sortie de ses hypothèses maladroites. Il était là tout prés d’elle. Qu’y avait-il de mieux ? Une inclinaison du menton lui servit à approuver le choix. Il est vrai qu’elle se reposait beaucoup sur ce jeune homme. Peut être un peu trop. Il était si prévenant que parfois tout cela lui semblait normal. Pourtant rien ne l’obligeait à la bonté. Son cœur tressautait au souvenir de leur discussion de la veille. Etait-ce un rêve ?  
 
 


 
 
 
La faim… Myriame ne s’en était pas préoccupé un instant. Le voyage avait réquisitionné toute son attention. Il lui semblait être trop fatigué pour avaler quoique ce soit. D’ailleurs ne plus avoir à surveiller son maintient la guida lentement vers le confort douillet d’une épaule toute proche. Pourquoi ne pas aimer cet homme à sa guise après tout ? Puisque c’est ce qu’elle attendait depuis tout ce temps. Dans la brume de l’épuisement tout paraissait simple. Ses mains allèrent vers les siennes, fines, froides et timides. Lorsqu’elle réalisa son abandon sa silhouette se redressa difficilement pour ne pas le gêner. Avec un sourire confus elle proposa doucement. 
 
 




 
-« Boire quelque chose de chaud me suffirait amplement. Mais mangez à votre guise !» 
 
 
 
 
Le diner se passa rapidement. Ils étaient dans l’attente d’un sommeil réparateur. La princesse exécutait chaque geste avec la précaution d’une veille dame. Tout cela n’était pas dans ses habitudes. Pas une fois elle ne fit une remarque pour se plaindre. Au moment de se lever son regard se posa sur lui. Tout lui en inspirait la confiance et la protection. Passé une nuit dans la nature était une aventure inconnue. Pourtant elle n’osa pas demander.  
 
 
 
 
Une fois sous la toile elle le regretta amèrement.  


 

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Ven 12 Mar - 12:39 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Le témoignage d'affection dont il venait d'être le témoin lui décrocha un doux sourire. Il l'observa un instant en silence avant de lui répondre d'un ton à la fois calme et apaisant.

"Très bien, laissez moi juste une minute le temps de la préparer."


Il s'exécuta aussitôt sa phrase finie, mettant en place rapidement de quoi faire du feu. Il l'alluma sans grande difficulté avant de préparer une complément nutritif chaud. Il surveilla la température de celui-ci à de nombreuses reprises afin de ne pas prendre le risque de brûler le doux palais de sa princesse. Une fois la préparation finie il dégusta sa préparation auprès de sa princesse. Le repas se dispensa de tout commentaires. Pourquoi donc? Sans doute parce-que nos deux compagnons n'aspiraient qu'à un peu de repos.

Une fois le diner terminé il rangea les affaires puis prit le soin de laver les divers objets utilisés pour celui-ci. Une fois tout cela terminé il alla se poster près de la tente de sa princesse. Il lui accorda un dernier sourire avant de la laisser rejoindre l'intérieur de sa tente. Bien qu'il ne le montrait absolument pas, il craignait énormément pour sa sécurité. Mais tout comme elle, il avait besoin de repos. Il décida donc de mettre en place divers avertisseurs sonores afin de lui permettre d'être alerté si une menace se profilait. Une fois tout cela en place il alla reprendre sa place auprès de la tente.

C'est dans un sursis de curiosité qu'il entrouvrit la toile de la tente. Sa princesse avait d'hors et déjà rejoint les bras de Morphée, sa respiration lente était l'indicateur qu'elle avait besoin de ce repos tant mérité. Il fit en sorte de border convenablement sa princesse pour ensuite sortir de la tente afin de la laisser récupérer en paix. Il s'endormit une petite heure après cet évènement, gardant fermement son arme auprès de lui afin de pouvoir réagir à tout type de menace promptement.

Par chance la nuit s'avéra être d'une grande tranquillité. Il fut réveillé en douceur par les premiers rayons du soleil. Aussitôt éveillé il se lança dans la préparation du petit déjeuner en tâchant de garnir suffisamment le plat de sa princesse afin qu'elle puisse prendre suffisamment de forces pour le voyage qu'ils allaient entreprendre cette journée. Lorsqu'il arriva à la cuisson du thé, il prit le soin d'ouvrir délicatement la toile de la tente de sa princesse. Espérant ainsi que le doux parfum de sa préparation réveille sa princesse en douceur.
Revenir en haut
MSN
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Ven 2 Avr - 19:25 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

Le son des pièges mit en place la berça pendant quelques minutes. C’était une musique étrange à son oreille. Jamais elle n’avait accompagné ses frères à la chasse. Ce n’était pas une activité qui attirait sa sympathie. Dans cette nature elle se sentait si petite. Myriame découvrait tout. Ses lectures nocturnes ne l’avaient pas averti sur toutes ces choses. Elle qui avait toujours rêvé de voyager, de parcourir le monde. Le destin avait involontairement répondu à ses attentes. Pourtant en ce premier soir l’épopée n’était en rien romanesque. Tristan devait rester loin d’elle.  


 
Bientôt la fatigue eu raison d’elle. La couverture resserrée contre elle la princesse s’endormie. Tous les évènements de ces derniers jours se mêlaient dans son esprit relâché. Le retour de son chevalier, l’attaque, la mort de Jocelyn, la disparition des siens… Tristan. Tant de chose pour une si petite vie. Alors qu’elle n’était pas encore tout à fait adulte. Peut être tout ceci ferait d’elle une reine convenable ? Peut être plus tard pourrait elle sourire de toute cette enfance. Il n’y avait rien de mieux à espérer.  


 
La présence silencieuse de son ange gardien déposa un voile protecteur sur ses songes. Il était là avec elle. Ses traits s’apaisèrent. Tout irait bien tant qu’il serait là. Voilà une certitude qui la porta jusqu’au réveil. Ces maudis sorciers n’avaient qu’à bien se tenir !  L’amour pouvait être le pouvoir le plus destructeur du monde. Elle s’imaginait femme accomplit à son bras avançant dans un royaume paisible… si beaux ensemble.  


 
Dans ce rêve l’odeur du thé n’était pas tout à fait prévue. C’est sans doute ce qui titilla son esprit. Doucement les mains du jour la ramenaient à la conscience. Ses paupières bâtèrent doucement. Progressivement son corps retrouva sa sensibilité. Un frisson lui parcouru l’échine sous la fraicheur matinale. Il était donc tant de se lever. Une nouvelle journée se préparait. La princesse n’avait pas quitté sa tenue de voyage. Pourtant ses cheveux désordonnés le long de son visage trahissaient le sommeil volé.  


 
Ses grands yeux bleus observèrent l’espace dans lequel elle se trouvait. Il lui fallut une seconde pour quitter le corps de cette femme à venir. Ses parents et son frère comptaient sur elle. Alors la princesse se leva et rejoignit le dehors. Le jeune homme était déjà en action. Comment faisait- il ? Son énergie avait de quoi rendre admirative ! Ceci dit Myriam n’avait pas oublié ses réflexions. Ils n’étaient plus au château.  


 
-« Bonjour Tristan… puis-je t’aider ? Il faut que je commence à apprendre la vie au grand air je crois. »  


 
Elle avait quelque fois employé le « tu » avec lui. C’était toujours dans ces élans d’affection qu’elle ne contrôlait jamais. Ce matin c’était un autre. Aussi jeune soit-elle Myriam avait comprit certaines choses. A commencer par le fait qu’un amour ne pouvait être brimé par des lois. Ils auraient bien le temps de les changer ! Alors ces premiers mots du jour annonçaient sa résolution. Elle partagerait avec lui tout ce qui pourrait l’être.  


 
A dix-sept ans, on n’est plus tout à fait une enfant, n’est-ce pas ? Elle alla jusqu’à lui vivement et sans le quitter des yeux. Ils se connaissaient tout les deux. Ils s’aimaient sincèrement. Y avait-il besoin d’autre chose pour envisager l’avenir ? Cette fois sa timidité n’était plus celle de la jeune protégée. C’était celle de l’amoureuse qui avance vers l’histoire. Ses mains de princesse, délicates, douces, gracieuses attrapèrent les siennes. Son visage levé vers le siens comme la fleur vers son soleil.  


 
-« Et je voudrais aussi apprendre à vivre avec toi. » 


 
En disant cela elle lui adressa un tout nouveau sourire. Celui ou se dessinait cet amour libre de toutes contraintes. Ses fins doigts serraient doucement ceux de son aimé. A cet instant tout en elle était calme ce calme de la certitude. Il avait bien voulu attendre sa réponse. Elle la lui offrait avec toute cette sincérité dont elle avait le secret. L’une de ses mains alla caresser sa joue et remonter dans ses cheveux. Un geste qui tant de fois avait été retenu.  


 
Puis le cri d’un aigle les surprit et son regard alla chercher le volatil. Il était majestueux dans la brise. Oui le symbole de leur force. Ca ne pouvait être autre chose. Sous le coup de cette surprise pleine de promesse Myriam eu un éclat de rire. Sa spontanéité résisterait donc à une fin du monde. Non ce n’était plus l’apocalypse, c’était un commencement !  Dans un élan la jeune fille fut sur la pointe de pieds et trouva de ses lèvres celles de ce patient chevalier.  
 

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Sytry Assura
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 20 Nov 2008
Messages: 301
Localisation: Sous un clair de lune dans les bois...

MessagePosté le: Sam 3 Avr - 17:40 (2010)    Sujet du message: Le retour des troupes Répondre en citant

"Bonjour ma princesse. Vous pouvez en effet m'aider. Il faudrait que vous vous asseyiez sur ce petit siège improvisé afin d'attendre votre petit déjeuner."

Répondit-il tout en affichant un petit sourire taquin. Il appréciait le geste mais n'avait nul besoin d'aide pour le moment. Bien qu'ils étaient dans la nature, partis pour un long voyage, il souhaitait mettre en œuvre tous les moyens dont il disposait afin de lui apporter du confort. Par peur qu'elle fasse une mauvaise interprétation de ses paroles, il ajouta d'un ton calme et doux.

"Je vous remercie ma princesse mais votre aide n'est pas nécessaire pour un simple petit déjeuner. Après tout, je suis en quelque sorte le remplaçant de vos serviteurs."

Il afficha un sourire innocent avant de finir la préparation du déjeuner. Après quoi il éteint le feu pour ensuite rejoindre les côtés de sa princesse tout en apportant le nécessaire pour déjeuner. La chaleur de ses mains lui fit instinctivement plonger son regard dans le sien. La phrase qui s'en suivit ne fit qu'accentuer son malaise. Tristan avait pour habitude de dire que l'amour rendait stupide, il ne faisait que confirmer cette pensée. Pourquoi affichait-il de la gêne alors qu'au fond de lui il savait que cela n'était qu'un simple témoignage? Sans doute était-ce parce-que sa compréhension de la chose était altérée par l'amour qu'il éprouvait pour sa princesse, sentiment qu'il entretenait depuis plusieurs années.

Ne sachant que répondre il se contenta de lui répondre en affichant un doux sourire tout en passant délicatement le revers de sa main sur la joue innocente de sa bien aimée. Le son strident du cri d'un aigle royal fit sursauter le jeune chevalier. Il observa celui-ci en silence. Cet animal majestueux survolait le couple avec une grâce sans égal. Il posa à nouveau son regard sur sa princesse lorsque celle-ci se mit à rire. Attendrit, un sourire satisfait se dessina sur les lèvres de Tristan. Le fait qu'elle puisse rigoler était la preuve que sa princesse allait bien, et cela emplissait son cœur de joie.

Ce qui suivit prit totalement au dépourvu notre jeune prince. Sans comprendre comment il avait fait pour se retrouver en contact avec les lèvres de sa princesse, il ne put qu'en apprécier la saveur. Les délicates lèvres de sa princesse avaient un goût très appréciable, un léger parfum de fraise ajouté à un quelque chose qui avait le don d'apaiser le jeune chevalier. Ses yeux se fermèrent afin de se laisser emporter dans un monde où tout lui apparaissait possible, profitant de chacune des secondes où leurs lèvres étaient apposées les unes contre les autres.

Après un long moment elles se séparèrent, ramenant à la réalité notre jeune homme. Il rouvrit les yeux afin de plonger son regard étincelant dans celui de sa princesse. Caressant délicatement avec un brin de nostalgie les lèvres de sa princesse du bout du doigt de sa main qui était apposée contre sa joue. Bien qu'il venait de quitter le confort de celles-ci, il les regrettait déjà. Mais ils ne pouvaient pas passer la journée à s'échanger des baisers passionnés. Il finit par enlever délicatement sa main de la joue de sa princesse avant de lui dire tout en affichant un doux sourire.


"Nous devrions déjeuner avant que cela refroidisse, la journée risque d'être longue ma princesse."

Ils commencèrent alors à manger, se lançant des regards discrets de temps à autre. Une fois le petit déjeuner finit le jeune chevalier rangea les affaires pour ensuite préparer les montures, celles-ci ayant déjà été restaurées. Il attendit sa princesse pour lui attraper la main avant qu'elle ne monte en selle. Il s'approcha ensuite d'elle pour lui offrir un délicat baiser. Après quoi il lui dit tout en affichant un doux sourire.

"Nous allons chevaucher toute la journée, si jamais lors du voyage vous souhaitez faire une halte, n'hésitez pas à m'en faire la demande. Si tout se passe bien nous serons arrivés à destination dans deux jours. Nous nous arrêterons aux abords de la forêt de vespina ce soir. Vous avez une question ou une demande avant que nous partions?"
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:25 (2018)    Sujet du message: Le retour des troupes

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Aire de Rôle Play -> Rôle Play Le temps des Chevaliers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com