Index du Forum


 
 Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [Fiche Perso] ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Aire de Rôle Play -> Rôle Play Le temps des Chevaliers
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nastasia
Administrateurs

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2009
Messages: 31
Localisation: Une maison vide

MessagePosté le: Mar 15 Déc - 21:28 (2009)    Sujet du message: [Fiche Perso] Répondre en citant



Présentation


Nom : Daumier

Prénom : Myriame
Surnom : La fille du roi
Âge réel :  17 ans
Sexe :  féminin
Race : Mortelle
Rang: Princesse par le sang

   
Pouvoirs (Par famille .) :  Tous les descendant de la lignée royale des Daumier possède dès la naissance un don lié à l’esprit.
Histoire (Minimum 5 lignes) :    
   
   
   
L’an 1137 la nuit du 13 décembre. La reine Louisa, entourée de ses servantes, tentait de mettre au monde son troisième enfant. Elle était encore jeune, à peine trente ans, pourtant les forces commençaient à lui manquer. Déjà Jocelyn savait marcher et Florian était sevré. Ceux sont ses fils, mes frères. Et la vie qu’elle s’épuise à sortir de sa chaire, s’est moi… Myriame. Myriame je n’ai jamais compris l’amour de ma mère pour ce prénom si étrange. Peut être, son amour du voyage, l’avait elle poussée à me rendre exotique. Elle était la fille du roi d’Espala, une contrée voisine de Reim, sa véritable demeure à présent. Mon père l’avait aimé au premier regard. Mon père, il était derrière la porte ce soir là. Il entendait les cris, me maudissant sans le vouloir, du mal que je n’étais pas encore consciente de créer. C’est à une heure indue qu’enfin la délivrance arriva. Et cette fois c’est ma gorge qui hurla sa souffrance. Ainsi naquit l’unique fille des Valnira. J’étais destinée à devenir la représentante féminine du royaume. Le peuple dans les rues clamait ma venue. Je ne les connaissais pas et il m’aimait déjà. Je fus projeté dans le monde de la coure, sans en avoir le choix, comme il convient pour une princesse. Mon éducation fut faite dans les règles de l’art. Les précepteurs m’apprirent à merveille la rhétorique et la couture, l’équitation et la politique. J’eu une enfance que beaucoup qualifiait de paisible. Ce fût le cas d’une certaine manière. On exigeait seulement de moi, que je fusse un parfait petit modèle de ma mère, belle, douce er patiente. Ma vie sociale ce résumait aux visages du château que je ne quittais que rarement. J’en construisis une véritable curiosité pour le reste du monde. Les dalles blanches de ma bâtisses ne me suffisaient plus à peine commençais-je à parler. Je parle six langues et j’en comprends un peu plus. Aux parties d’échec de Joceyn et de mon père se préférais regarder Florian dessiner. Mes frères me considéraient avec une douceur distante. Jamais absents de ma vie sans jamais si impliquer réellement. Ce fût à l’orée de ma puberté que nos relations évoluaient. Ma discrétion évoluait en observation et mes conversations en douces critiques. Ils ne supportèrent pas que je m’implique dans les intrigues du pays. Qu’importe car j’avais toujours l’oreille de mon père lorsqu’il pouvait m’accorder un instant. Alors que j’avais à peine quatorze ans il me fiança à un allier du nord dans l’attente de ma majorité. Il en allait ainsi pour la lignée royale. Et si je n’étais pas d’accord je devais le garder pour moi. Encore aujourd’hui je ne sais si je lui en veux. Il accédait à toutes mes requêtes des lors qu’elles étaient justifiées. J’obtins ainsi la permission d’avoir un étalon et de m’en occuper seule. Mélor puisque je l’avais nommé ainsi fût ma première porte vers la liberté. Il devint d’ailleurs beaucoup plus lorsque je découvris que nos pensées pouvaient se mêler sans craintes de la barrière des races. Il fût le premier confident de mes aspirations de jeune fille. A dix-sept ans aujourd’hui je dois affronter de nouvelles obligations. Je sais déjà que ma vie sera contrôlée et je sais aussi que je n’ai pas le choix. Ma mère voit déjà se dessiner le conflit que créera la disparition de son époux. La belle reine compte sur sa fille pour surveiller ses fils. Voilà mon rôle veillé sur un royaume dont les princes sont ambitieux à outrance. Dans ce grand projet je dois donc oublier mes propres désirs. Parfois avant la disparition du soleil je songe à une autre vie. Mais dans ce contexte les allier sont là aussi... notement ce jeune chevalier si attentif. Tristan je crois que c'est son prénom.

Physique (Minimum 5 lignes) :
   
Myriame est communément surnommée petit bout de femme. Toute jeune adulte elle a la grâce de la jeunesse. Elle est toute en finesse et en maladroite délicatesse. Son charme vient sans doute de ses deux beaux yeux bleus, deux saphirs, cadeau paternel. Ou peut être, de ses longs cheveux bruns, qu’on croirait bleus sous le soleil. On devine déjà en elle, les marques de la femme, qu’elle est sur le point de devenir. Un corps discret, en si jolie harmonie, avec ses gestuelles lentes et charmantes. Le plus souvent vêtue de blanc ou de toutes ses couleurs qui trahissent les butes de son esprit. Elle se déplace avec le silence de la timidité et l’application du respect. Elle n’a de bijoux, qu’un présent de son frère Florian, collier toujours au creux de sa poitrine.    

_________________
Nastasia, Myriame, Daphné sont trois filles à écrire.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 15 Déc - 21:28 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet     Index du Forum -> Aire de Rôle Play -> Rôle Play Le temps des Chevaliers Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com